La France est perdue et son leader un échec

mer, 10/28/2020 - 17:06

 Que gagneront les décideurs en France à mépriser les religions et à insulter le prophète élu, que la paix et les bénédictions soient sur lui! Je pense que la réaction de certaines personnes impulsives dans le cercle de la domination française s'est écartée des idées de la Révolution française: au lieu de rechercher la fraternité humaine, vous les voyez se précipiter pour semer la haine au sein de la société française. Il est regrettable que les élections soient une source de sagesse obscure, une source de dissimulation de l'échec de la politique d'intégration, et une réalité qui prouve que la vision est devenue aveugle! Perdre la boussole dans le monde des différentes cultures est une insulte à l'histoire de la philosophie qui a donné naissance aux philosophes de l'époque de la Révolution française! Peut-être que la persistance du mépris des religions et de l'insulte aux symboles sacrés envers les musulmans est la preuve d'une profonde crise culturelle affectant certains de ceux qui prétendent que la liberté d'expression n'a pas de restrictions! La société française, par sa nature variée en termes de races et d'ethnies, a besoin de la fraternité juridique que les Français ont adoptée par la révolution, après une lutte acharnée contre la répression pleine du mythe du clergé (clergé) dans leur alliance avec les forces du mythe et de l'injustice, dans des périodes historiques que les Français connaissent bien. Le mépris de la religion islamique et les préjugés envers le plus sacré des musulmans, et la publication continue de caricatures insultantes du prophète Mahomet, que Dieu le bénisse et lui accorde la paix, sont au cœur de l'attaque contre le sublime dans son essence, et personne ne peut nier les tensions humaines auxquelles appartiennent les Arabes et enracinés dans les profondeurs de l'histoire, témoigne de Leur lignée est «Sam», Ibn Noé, que la paix soit sur lui. Même si la situation est traitée selon la perspective de la liberté d'expression, la liberté d'expression est-elle insultante, insultante et riante face aux croyances de l'autre! Pourquoi la liberté d'expression est-elle une insulte aux sainteté considérée comme une liberté inquiétante capable de semer la discorde, d'étendre la haine, de perturber la communication humaine et de pousser les groupes humains à la haine et à la haine qui conduit à un cercle appelé méfiance et élève le niveau d'aversion entre les croyances, les religions et les sociétés dans leur ensemble! Peut-être que la sagesse de la raison nécessite de s'arrêter par la sobriété, et de donner la priorité à l'humanité, loin des réponses sévères immédiates et de la vengeance téméraire, pour des objectifs politiques et électoraux qui n'ont rien à voir avec la pérennité du dialogue entre les différentes cultures, qui sont obligées de coexister avec désaccord et différence! Les guerres, quelles qu’elles soient, n’atteindront pas le principe de la soumission, et l’histoire en témoigne, tout comme la tyrannie de l’injustice et de la violence, aussi dure soit-elle, reste confinée à ce qu’on appelle l’ignorance aveugle. Peut-être que le monde a besoin pendant cette période de rechercher des points communs, de ne pas réfléchir et de se plonger dans la différence profonde et fondamentale, qui reste relative indépendamment des points de vue des idées. Comme la nature de l'Islam, qui ne reflète pas le comportement de nombreux musulmans, est une nature pacifique, tendant à la paix, à l'amour et au respect de la différence, et c'est ce qui était au cœur de ce qui a été raconté à propos de notre Maître, l'Élu, que la paix soit sur lui, dans ses relations avec les adeptes d'autres messages célestes, et peut-être son sermon, que la paix soit sur lui, dans «Hajjah Adieu »est un guide de la fraternité de la pensée islamique pure en tout. Par conséquent, nous souhaitons que les sages de France reviennent sur la voie de la justesse, et non du vague orgueil, qui conduit à une inconnue qui contredit les nobles valeurs de la Révolution française.

Dr Muhammad Ali Al-Hashe