L’Afrique, partenaire stratégique détenant des potentialités énormes non encore exploitées

mer, 09/11/2019 - 18:06

 La tenue à Tokyo de la 7ème conférence internationale pour le développement de l’Afrique (TICAD) le 28 août écoulé dans la ville, japonaise de Yokohama est la 7ème opportunité présentée aux dirigeants africains par le gouvernement japonais en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Banque Mondiale (BM) et la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) des Nations Unies en vue de discuter et de se concerter trois jours durant sur les moyens de développer leurs pays et d’œuvrer pour changer au mieux leur réalité économique à travers les nombreuses opportunités offertes par l’Etat japonais aux peuples africains via divers programmes de TICAD intéressant de multiples domaines comme la santé, la formation, la sécurité, la gouvernance, l’éradication de la pauvreté et de la vulnérabilité et l’accès aux services de base. Le Japon s’est engagé par son Premier ministre, SHINZO ABE dans son allocution devant les participants à œuvrer constamment à relever le niveau de son appui par l’entremise de l’encouragement des entreprises japonaises privées à investir dans le continent, à s’y déployer largement et à coopérer avec les institutions de financement locales pour arriver à une couverture totale dans le domaine de l’assurance du commerce extérieur par le biais de mécanismes appropriés. Il convient de noter que les investissements japonais ont, de par leur diversification, représenté, au cours de ces trois dernières années, une plus- value pour les pays africains. C’est ainsi que les investissements du secteur privé nippon ont atteint près de 20 milliards de dollars américains. Lors de ces 25 dernières années la TICAD a contribué au renforcement du partenariat économique Japon – Afrique donnant lieu à de grandes réalisations qui se sont multipliées à l’issue de la 6ème conférence (TICAD) réunie dans la capitale kenyane Nairobi en 2016. Le Japon, vise, entre autres objectifs, poursuivre la coopération avec les pays africains dans de nombreux domaines comme la santé, la lutte contre les maladies et a lancé dans ce cadre, un plan pour la santé en Afrique pour l’année prochaine et compte transférer ses expertises dans le domaine et dans celui de la technologie en plus de l’action visant à faire face aux changements climatiques au niveau du continent et l’appui à l’économie bleue. Le Japon recherche, à travers cette conférence (Ticad), promouvoir le développement et la prospérité du continent à travers une nouvelle approche de la paix et de la prospérité en appuyant les efforts de prévention des guerres et des conflits dans les pays africains qui constituent un sérieux frein au développement. Cette action se fait par le biais de la médiation et de l’étroite collaboration avec l’Union Africaine et des organisations régionales à vocation économique à travers l’appui apporté à l’organisation administrative et au système judiciaire en accordant la formation et le recyclage à 676 auxiliaires de la justice dans 39 pays africains en plus de la formation de 3000 jeunes du continent au cours de six ans. En dépit du niveau atteint par la coopération afro- nippone, M. Tarō Kōno, ministre japonais des affaires étrangères, a appelé à lever les obstacles qui entravent la forte présence des entreprises japonaises sur la scène africaine, relevant que la croissance économique et démographique africaine cache un chômage des jeunes qui crée des problèmes aigus dont la migration et l’extrémisme en particulier dans la région du Sahel. Le Japon encourage ses entreprises à investir en Afrique M. Tarō Kōno a indiqué que la ‘’TICAD- 7’’ sera une opportunité pour échanger les points de vue sur la levée des obstacles et pour faire en sorte que le monde des affaires soit au cœur de l’évènement pour que les pourparlers entre les dirigeants africains et les entreprises japonaises et leurs partenaires européennes aille de l’avant en vue de créer un espace économique porteur. Pour expliquer davantage les objectifs visés par le Japon, à travers l’organisation de ce genre de conférences, M. Kiya Mashiko, ambassadeur en charge de la TICAD, a souligné dans certaines conférences de presse à l’endroit de certains journalistes africains tant à Tokyo qu’à Yokohama, que le gouvernement du Japon n’épargnera aucun effort pour réaliser les objectifs pour lesquels la TICAD a été créée à savoir constituer un cadre durable de coopération nippo-africaine dans les domaines économique et social et réaliser, ce faisant, la sécurité, la paix et la prospérité des pays du continent. Il a précisé à cet égard l’engagement fort de son pays à aller dans ce sens pour arriver à des résultats positifs et concrets en semant les germes d’une réforme véritable au niveau du continent touchant de nombreux domaines depuis la promotion de la jeunesse à la gestion des catastrophes en passant par la lutte contre l

 

EL MAALOUM 7ème TICAD