Et enfin : Messadoud Boulkheir explique pourquoi APP a choisi de soutenir Ghazwanib

mar, 06/11/2019 - 12:36

Au cours d’un meeting populaire tenu, ce lundi 10 juin dans l’après-midi, au stade Cheikh Boydiya de la capitale, le président de l’Alliance Populaire Progressiste (APP) a expliqué devant ses partisans les raisons qui ont motivé le choix de son parti à soutenir le candidat de la majorité, Mohamed Ghazwani.

« Si nous avons choisi de soutenir ce candidat, c’est parce nous avons trouvé en lui des capacités d’assurer la sécurité et la stabilité du pays, de rassembler les mauritaniens autour de ces idéaux et autres, de régler les problèmes de santé, d’éducation,  de pauvreté, de précarité, d’injustice, d’exclusion, d’état civil…  que connaît le pays, », a martelé  Messaoud Ould Boulkheir. Des questions qui ont été exacerbées  ces dix dernières années, a-t-il noté. « Le pays est aujourd’hui menacé dans son propre existence et nous avons estimé que le candidat Ghazwani est le seul, parmi les 6 prétendants à la magistrature suprême de nous éviter le chaos, a averti, en substance le leader d’APP. Nous avons eu le  regret de constater, ces dix dernières années,  la montée du tribalisme, du régionalisme, de l’exclusion, du communautarisme, pire, nous avons même remarqué que des familles  s’érigent en état, c’est du jamais vu en Mauritanie, il faut arrêter cette gangrène », tonne Ould Boulkheir. Et d’enfoncer le clou, si nous avons choisi d’accompagner le candidat Ghazwani c’est tout simplement pour la défense des intérêts supérieurs du pays, nous estimons partager avec lui le souci de les préserver.

A l’endroit de ceux qui l’accusent de rouler pour des militaires, il dit ceci : oui, il est militaire, mais un militaire aux qualités qui rassurent, nous assumons notre choix, un choix libre que d’aucuns ne voudraient nous voir assumer,  et d’ailleurs, nous ne devrions même pas le  leur  justifier ou expliquer,  a-t-il laissé entendre.

Profitant de ce rassemblement, le président Messaoud Boulkheir a lancé à l’endroit de  ceux qui se sont hâtés de  l’enterrer, lui et son parti: APP existe, APP vit, n’en déplaise à ceux qui ont annoncé  très tôt son arrêt de mort. La preuve est là aujourd’hui, nous l’avons prouvé ; il a déploré, non sans humour n’avoir pas pu remplir toutes les tribunes et le gazon du  stade. Les raisons : une journée ouvrable, le début examen du BAC et  la canicule.

Revenant sur quelques uns  des termes de l’accord scellé avec le candidat Ghazwani, après de longues négociations, le président d’APP a indiqué avoir réclamé et obtenu de celui-ci, la tenue d’un véritable dialogue inclusif, au lendemain de son élection, au premier tour, le 22 juin. Il n’y aura pas de 2e tour, a-t-il  prévenu. Le dialogue aura pour objectif de mettre autour d’une table l’ensemble des acteurs politiques et de la société civile qui s’observent en chiens de faïences depuis une décennie pour débattre de  toutes les  questions qui préoccupent les mauritaniens. Durant dix ans, nous avons réclamé ce dialogue entre les acteurs de ce pays, en vain ! a regretté Ould Boulkheir.

Autre point d’accord, la prise en compte dans le  programme du candidat, des questions liées à l’unité nationale, à la réforme de l’éducation, du secteur de la santé, de la lutte contre la pauvreté, le renforcement ou l’adoption de lois sur l’exclusion, l’état civil….

Prenant  la parole a son tour, le directeur national adjoint de la campagne du candidat Ghazwani, Ould  Rais, accompagné de  Bâ Ousmane, coordinateur régional de Nouakchott Sud a exprimé sa joie de se retrouver auprès du leader national, le président Messaoud Boulkheir qui se bat, comme son le candidat Ghazwani pour les intérêts supérieurs du pays. Cette convergence de vues et combat entre les deux hommes  feront, à ne pas douter, avancer la Mauritanie. Il a enfin signalé que le soutien d’APP et de son leader impacteront positivement et significativement dans le choix des mauritaniens en faveur du candidat Ghazwani, le 22 juin.  

 

 

Le Calame