Campagne présidentielle au Sénégal : appels au calme après un mort

mar, 02/12/2019 - 15:46

Des heurts ont éclaté en début de semaine dans plusieurs régions du pays, entre partisans du président sortant Macky Sall et ceux des autres candidats.

 

Les responsables politiques et la société civile au Sénégal appelaient au calme lundi soir 11 février après le premier mort signalé depuis le début de la campagne présidentielle lors de heurts entre militants du parti au pouvoir et de l’opposition. Le Sénégal, qui a connu deux alternances, en 2000 et en 2012, et aucun coup d’Etat, est présenté comme un modèle de démocratie en Afrique, mais les campagnes électorales y sont souvent émaillées d’accusations de corruption, de trafic d’influence, de désinformation et de violences.

 

Lire aussi  Au Sénégal, le risque de violences plane sur l’élection présidentielle

 

Face au président Macky Sall, quatre candidats, dont l’ancien premier ministre Idrissa Seck, entendent bien le frustrer de son ambition affichée de réélection au premier tour le 24 février. Après des heurts qui ont fait plusieurs blessés dans le pays ces derniers jours, des échauffourées ont éclaté lundi à Tambacounda, à 420 km à l’est de Dakar, entre partisans de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yaakaar (BBY, « Ensemble pour le même espoir » en wolof) et ceux d’Issa Sall, candidat du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), proche de la mouvance religieuse.

« Ne pas céder à la provocation »

L’Association des éditeurs et professionnels de la presse (Appel) a par ailleurs affirmé, citant « les témoignages des confrères », que huit journalistes suivant la caravane de campagne d’Issa Sall avaient été blessés à la suite de ces violences. Lors d’un rassemblement électoral, Macky Sall a déploré la mort d’un militant de son parti et demandé « que toute la lumière soit faite puisque la campagne électorale ne saurait être un prétexte pour que la violence s’installe dans le pays ».

 

Lire aussi  Au Sénégal, un ralliement qui pourrait bouleverser la présidentielle du 24 février

 

Il a appelé ses partisans à « ne pas céder à la provocation », invitant ses adversaires à faire de même. « C’est déjà le résultat de l’appel à la violence prônée par certains responsables politiques », a-t-il estimé, ajoutant : « Ils répondront de leurs actes devant les tribunaux ». Il faisait allusion à son prédécesseur et adversaire, Abdoulaye Wade (2000-2012), qui a réitéré le 8 février son appel à empêcher la tenue de la présidentielle, conviant notamment ses partisans à « brûler les cartes d’électeur et les bulletins de vote ».

Le directoire de campagne d’Issa Sall a dénoncé « des sabotages » de ses activités ces derniers jours, notamment le fait que son convoi a été temporairement bloqué par les forces de l’ordre samedi à Kolda (sud) pour laisser passer celui de Macky Sall. Depuis, la « provocation »s’est poursuivie, selon le directoire de campagne, faisant état d’attaques lundi matin « de la part des militants de BBY à Tambacounda, occasionnant la mort d’une personne et plusieurs blessés ».

« Renoncer à tout recours à la violence »

Cinq organisations de défense des droits humains, dont Amnesty International Sénégal et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), ont exhorté « les autorités compétentes à ouvrir des enquêtes sur tous les actes de violence survenus depuis le début de la campagne électorale et traduire leurs auteurs en justice ». Dans un communiqué, elles « rappellent aux candidats et coalitions l’obligation qui leur incombe d’appeler leurs militants et sympathisants à respecter la liberté de manifestation, d’expression et d’opinion des adversaires politiques et de renoncer à tout recours à la violence ».

 

Lire aussi  Au Sénégal, l’ombre d’Abdoulaye Wade plane sur l’élection présidentielle

 

C’est à la suite de ces échauffourées que les journalistes ont été blessés et « ont dû leur salut à une intervention rapide et professionnelle de la gendarmerie », selon l’Appel, qui incrimine des militants présumés de la coalition au pouvoir. L’association se réserve la possibilité de « prendre toute initiative visant la protection de ses reporters », y compris en boycottant les activités d’un ou des candidats, dont « les militants seraient reconnus comme étant agresseurs de journalistes ».

Un motard est également mort après avoir été renversé par un véhicule qui s’éloignait du lieu des affrontements, selon une source policière. Cet incident survient après la mort dimanche de quatre gendarmes assurant la sécurité de la campagne lors d’un accident de la route dans la région de Sédhiou, en Casamance (sud).

 

Lire aussi  Qui sont les cinq candidats à l’élection présidentielle sénégalaise ?

 

Par ailleurs, au moins deux personnes ont été « grièvement blessées »dimanche à Fatick, un fief de Macky Sall dans le centre-ouest du pays, à la suite de violences entre ses partisans et ceux du candidat Ousmane Sonko, figure montante de l’opposition, selon les médias sénégalais. Depuis le début de la campagne, les appels au calme et des prières pour préserver la paix dans le pays se sont multipliés, de la part notamment de chefs religieux musulmans et chrétiens et de la société civile.

Le Monde