La gestion de l’aéroport Oumtounsi concédée à une société émiratie

ven, 11/30/2018 - 13:14

Une filiale de la société des aéroports d’Abou Dhabi, se verra confier dès 2019 la gestion de l’Aéroport International d’Oum Tounsy pour 25 ans avec une proposition jusqu’ici gardée au secret. 

D’une durée de 25 ans, le contrat recouvre l’exploitation, la maintenance, du terminal de l’aéroport et du système de pistes existants. Afroport, en tant que concessionnaire, s’emploiera à améliorer les conditions d’exploitation de l’aéroport pour permettre à la MAI de proposer de nouveaux vols.

Le futur concessionnaire bénéficiera d’un aéroport neuf et beau qu’il n’aura pas à financer. Alors, le professionnalisme (gestion opérationnelle et financière, management), l’attractivité de l’aéroport, le développement du trafic aérien (correspondance, sureté, facilitation, automatisation et connectivité de l’industrie, qualité du service) et l’anticipation des évolutions futures devraient être ses seules priorités afin d’optimiser la situation financière de l’aéroport. 

La Sam se contentera désormais seulement de la gestion des aéroports de l’intérieur du pays. 

Pour rappel, les dirigeants de la compagnie Émiratie avaient déclaré que l’Afrique constituait un axe important de la nouvelle route de la soie qui relie le continent noir à l’Asie et que Dubaï sera la jonction entre les deux continents.

Pour se positionner sur le marche africain, la société avait besoin de pouvoir mettre le pied quelque part, face à la forte concurrence de grandes sociétés comme celles de l’Afrique du sud, de l’Ethiopie et du Maroc, en plus d’une importante présence de la société Qatarie et celle de la Turquie.

Les Émiratis avaient dépêché en mars dernier des experts d’un bureau d’études britannique afin d’évaluer la viabilité de l’aéroport de Nouakchott, et les avantages qu’ils pourraient tirer de sa gestion.

Nos sources précisent que l’ancien directeur général de la société des aéroports de Mauritanie avait fait les frais du peu d’intérêt porté à ce bureau d’étude, occupé qu’il était par la campagne d’adhésion du parti au pouvoir. 

Source Rimeco – Afroport  - Cridem