Mauritanie: électricité. 290 MW de capacités additionnelles injectées entre 2014 et 2018

sam, 11/24/2018 - 12:03

Le gouvernement mauritanien a accompli de nombreuses réalisations dans le domaine de l’électricité, mettant en place 290 mégawatts (MW) de capacités additionnelles durant la période 2014-2018, selon une révélation faite par le nouveau Premier ministre, Ahmed Salem Ould Béchir, qui a présenté hier, jeudi 22 novembre, sa Déclaration de politique générale (DPG) devant l’assemblée nationale. 

Au cours de ce premier grand oral, le chef du gouvernement mauritanien a rappelé «la construction d’une centrale éolienne de 30 mégawatts à Nouakchott en 2015, une centrale duale de 180 mégawatts à Nouakchott-Nord en 2016, une centrale solaire de 50 mégawatts à Nouakchott en 2017.

Hors réseau, huit localités desservies par des centrales thermiques ont été hybridées grâce à des unités solaires pour un total de 16,6 MW (Atar, Aïoun, Aleg, Boutilimitt, Akjoujt, Chami Boulenouar et Bénichab) et sept nouvelles centrales hybrides thermique/solaires ont été construites (Kiffa, Néma, Adel Barou, Birette, NDiago, Bousteilla et Tendakmadjek)».

Par ailleurs, pendant la même période, dans le domaine du transport et de la distribution, «des programmes d’extension et de renforcement de réseaux ont été réalisés à Nouakchott, Nouadhibou, ainsi que dans les principales villes du pays.

De plus, des projets de développement des réseaux de répartition et de distribution ont été mis en œuvre à l’intérieur du pays (ligne moyenne tension Aleg-Boghé, Boghé-Kaédi, Echram-Kamor, Guerou-Kiffa, Timbedra-Néma-Nebeiket Lahwach, Nema-Adel Bagrou), ainsi qu’à Nouakchott avec la densification du réseau, le renforcement du système d’évacuation par cinq nouveaux postes sources et douze nouvelles liaisons 33 KV entre les dits postes sources, pour une longueur totale de près de 120 kilomètres».

Dans son bilan Ahmed Salem Ould Béchir a également évoqué la réalisation du Centre national de conduite (actuellement en cours d’essais) qui «permettra une gestion moderne, optimale et efficace du système électrique et d’améliorer significativement la qualité du service. 

Par ailleurs, le Premier ministre mauritanien a annoncé que la part «des énergies renouvelables dans la production d’électricité en Mauritanie est estimée à 50% en 2018, ce qui fait de [ce] pays un des leaders en Afrique dans le domaine des énergies propres. Les efforts visant l’amélioration de l’offre, de l’accès et la réduction des coûts, vont se poursuivre en 2019 et au-delà». 

Le chef du gouvernement mauritanien a aussi livré le bilan du réseau interconnecté: «les travaux de construction du parc éolien de Boulenouar de 100 MW et la centrale hydroélectrique de Gouina de 144 MW (quote-part 48 MW) vont se poursuivre. Pour la répartition et la distribution, un plan d’investissement comporte l’étude d’un ensemble de projets de lignes moyennes et basses tension répartis sur l’ensemble du pays.

Parmi ces projets, le financement de la boucle Kaédi-Selibaby-Mbout, déjà acquis et l’appel d’offres y afférent sera lancé début 2019. Il y aura également le lancement des travaux du "Triangle de l’espoir" (anciennement appelé "Triangle de la pauvreté")». 

Dans le domaine du transport de l’énergie, l’objectif du gouvernement est de doter le pays «d’un système moderne de transmission pour favoriser l’approvisionnement des principaux centres de consommation à l’horizon 2022», a souligné le Premier ministre.

Enfin, officiellement, la Mauritanie dispose d’une capacité de production installée de 380 MW. Un niveau qui couvrirait globalement les besoins du pays. Toutefois, on note de fréquentes coupures d’électricité au niveau de toutes les régions du pays. La Société mauritanienne d’électricité (SOMLELEC) explique ces perturbations par des problèmes liés au réseau.

Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya 

 

 

Source : Le360 Afrique – via Cridem