Autour d’un thé : Raisonnement par l’absurde

dim, 09/30/2018 - 16:05

Ceux qui pensaient que le président ne savait ni rire, ni penser, ni convaincre ont été certainement déçus. De s’être trompés. Dans un sens ou dans un autre. Car Il a ri, le Président ; aux éclats, même : de la pitoyable situation de la presse ; des journalistes qui ne sont, ni plus ni moins, que des gens ordinaires qui devraient s’abstenir de lui demander de voler l’argent public pour eux. Surtout quand ils ne font que le critiquer. Qui donnerait un bâton pour se faire taper dessus ? Impeccable raisonnement. Vive Socrate !

Il a ri des vieux opposants qui ont raté l’histoire, en se faisant harakiri, par leurs atermoiements et leur manque de vision. Le temps n’attend pas. Les années passent. Soixante-quinze ans, c’est vite fait. Taf-taf, comme disent les jeunes d’aujourd’hui. Troisième mandat contre les âges des capitaines. Et la Constitution ? Écoutez, et ce n’est pas que je défende le troisième mandat, nos générations futures doivent-elles être victimes de nos idées à nous ? Tous les articles de la Constitution peuvent être modifiés. Même celui qui la verrouille peut être déverrouillé. As-tu compris ? C’est quel raisonnement, ça ? Ainsi parlait Zarathoustra. En tout cas, moi, je n’ai rien compris.

Il a ri de l’opposition irresponsable, puisqu’il ya une opposition responsable. Celle qui n’a rien eu de « plus grand que soi-même ». Le président sait penser. Il sait faire des réflexions. Bonnes ou mauvaises. « S’en dépend », comme disait la bonne sénégalaise d’un ami, recyclée institutrice dans une école privée de Tevragh Zeïna. Le Président est un véritable philosophe capable de démonstrations par l’absurde, pour justifier des faits avérés. Exemples de quelques-unes de ces sentences à ce point lumineuses qu’elles en deviennent aveuglantes de complexité et de déraisonnement : l’accroissement des accidents de la route est dû, soit à l’accroissement du nombre de voitures, soit à celui des routes. Combien de voitures y avait-il en 1960 ? Combien de routes avant moi ? Les prix sont élevés et vont le rester. Demander leur baisse n’a pas de sens. Zouérate dépend de l’Adrar. Les partis de l’opposition traditionnelle n’ont ni thèses, ni antithèses, ni synthèses, ni principes, ni idées. Les conditions de vie des citoyens se sont améliorées, puisque tout un chacun dispose d’un climatiseur, alors que cela n’existait pas, vous le savez bien. Le trotskisme n’est pas à l’origine des catastrophes des pays arabes. D’ailleurs les « ismes » idéologiques, comme Baathisme ou Nassérisme n’ont jamais fait de mal à personne. Quelle histoire ! Bon mais pour qui ne connaît pas l’incompatibilité entre les trois A (Armée, Administration et Argent), ce n’est pas évident. Ce n’est pas dans les écoles de guerre qu’on enseigne l’histoire politique et les idéologies. Même les ministres, assis juste à côté du grand orateur, ont ri. Mais de quoi ? Ou de qui ? On ne sait pas. Quand le président rit, ils rient. Comme une certaine vache dont personne ne connait qu’est ce qui la fait rire. Quand il se fâche, ils se fâchent. Quand il fait semblant de s’étonner, ils font semblant de s’étonner. Quand il comprend, ils comprennent. Quand il balance un chiffre ou une donnée, exacte ou fausse, ils acquiescent de la tête. Ils ne sont pas si bêtes que ça : ils savent que le président va revoir la rediffusion de son interview, alors, il faut bien jouer le jeu. Le président a convaincu. La Mauritanie n’était rien. La Mauritanie n’avait rien. Maintenant, il y a des routes et des voitures. Donc il ya beaucoup d’accidents. Il y a les climatiseurs. Donc la situation des citoyens s’est améliorée. Il ya des hôpitaux et des avions, une équipe de football, une autre de pétanque qui vient de remporter un tournoi international mais dont les joueurs sont restés au Canada pour demander l’asile. Ce sont donc des gens de l’opposition irresponsable. Des gens qui ont voté pour Tawassoul. Des criminels transfrontaliers très dangereux qui veulent déstabiliser le pays, via l’islam politique. Il ya les briqueteries chinoises et les tricycles. Il ya maintenant des prisons partout à l’intérieur du pays, pour parer à toute éventualité, dans une Mauritanie infestée de terroristes et de racistes. Le président ne va pas baliser le terrain pour le retour des ennemis de la Nation. Comme il ne dévoilera pas son plan de guerre. Mais c’est quand même un philosophe… doublé d’un bon stratège. Salut.

 

 

Sneiba El Kory

 

Le Calame