Deuil national en Algérie après le crash d’un avion qui a fait 257 morts

jeu, 04/12/2018 - 12:24

Le crash de l'avion militaire, mercredi matin après son décollage de la base militaire de Boufarik, près de Blida, a fait 257 morts. C'est la pire catastrophe aérienne qui a touché le pays, et la 4e la plus meurtrière au monde. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter de mercredi.

C’est la pire catastrophe aérienne survenue en Algérie. Un avion militaire de type Iliouchine 76 s’est écrasé mercredi matin, à 7h50 (6h50 GMT), peu après son décollage dans le périmètre de la base aérienne de Boufarik (Blida), en Algérie. Les médias algériens faisaient état d’une centaine de personnes – des militaires – à bord. Mais un premier bilan officiel, à 11h20 (GMT), fait désormais état de 257 morts, les 10 membres de l’équipage et les passagers, « dont la plupart sont des personnels de l’Armée nationale populaire ainsi que des membres de leurs familles », selon le ministère algérien de la Défense, cité par l’AFP.

Pas d’hypothèse avancée

Selon un photographe de l’AFP présent sur place vers 12h GMT, les flammes qui ont ravagé l’épave de l’avion sont désormais maîtrisées. Des dizaines de camions de pompiers et des centaines d’ambulances sont également sur place, et toute la zone est bouclée par les forces de sécurité. Les journalistes sont désormais tenus à distance.

Aucune hypothèse sur les causes du crash n’a pour l’instant été avancée par les autorités. Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décrété un deuil national de trois jours à compter de mercredi. Il a également « ordonné » que soit récitée en mémoire des victimes la Prière de l’absent vendredi, après la grande prière musulmane hebdomadaire, selon un communiqué de la présidence relayé par l’agence de presse APS.

Selon des vidéos d’amateurs diffusées dans les minutes qui ont suivi , une fumée noire épaisse se dégageait de l’appareil en feu. La vidéo suivante a été filmée par des utilisateurs de l’autoroute reliant Alger à Blida, près de laquelle l’avion s’est écrasé.

Jeune Afrique