Ankara poursuit son offensive en Syrie malgré la trêve votée à l'ONU

mer, 02/28/2018 - 18:42

La Turquie a annoncé lundi 26 février l'envoi des forces spéciales dans la région d'Afrin, en Syrie. Dans le cadre de son opération militaire contre les forces kurdes à Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, Ankara a annoncé une « nouvelle bataille ».  La Turquie ne se sent visiblement pas concernée par le cessez-le-feu voté par l'ONU. En plus de l’armée turque, ce sont donc désormais les unités spéciales de la police turque qui sont entrées en Syrie. Objectif : prendre la ville d’Afrin aux mains des forces kurdes.

Avec notre correspondant à Istanbul, Alexandre Billette.

On les connaît en Turquie par leur acronyme : JÖH. Les forces spéciales de la gendarmerie, ce sont elles qui étaient notamment déployés dans le sud-est de la Turquie à majorité kurde après la rupture du cessez-le-feu entre Ankara et le PKK, en 2015 et 2016.

On ne sait pas combien d’hommes de ces forces sont maintenant à Afrin, mais l’annonce de leur déploiement dans le nord de la Syrie indique deux choses : d’abord que cette opération « éclair » voulue par les autorités turques est décidément bien longue puisque l’armée turque est sur place depuis maintenant plus d’un mois.

C’est aussi le signe que l’opération baptisée « Rameau d’olivier » va changer de forme : selon Ankara les zones frontalières de la Turquie sont désormais « sécurisées », c’est désormais vers la ville d’Afrin que ces unités spéciales se dirigent.

Un nouveau chapitre de l’opération qui s’annonce plus risqué, peut-être plus meurtrier aussi puisqu’il se déroulera en pleine ville. Ces forces de gendarmerie sont justement spécialisées dans le combat rapproché en zone urbaine.

RFI