Portrait du leader Massoud Ould Boulkhair De la marginalisation et de la privation au garant de l'unité nationale et du destin du pays

dim, 09/17/2017 - 17:02

Depuis sa prime jeunesse, l'homme  n'a jamais accepté l’humiliation ni la démission face aux réalités amères de la marginalisation. Bien au contraire et très tôt, l’esprit de la révolution, de la libération et de l'émancipation l ‘a constamment animé au point d’affronter avec force et détermination les conditions sociales et économiques qui  imposaient sa capitulation pour le relégur à l’oubli

.

 

 

 Mais en raison de la sincérité de ses  intentions, de sa bonne foi et de son désir de liberté et d'égalité, Dieu lui a ouvert les portes  du succès. Sa longue marche fut inaugurée par son entrée à l’école de son village ou il reçut une éducation formelle qui dut préparer son cursus éducatif pour accéder par la suite aux plus hauts sommets des hiérarchies administratives, politiques et législatives. Ce  à un moment ou la majorité de l’élite dirigeante du pays  s’exhibait au nom d’un passé complexe et suranné

 

 Massoud Ould Boulkheir est le véritable combattant des droits de l'homme, le leader politique auréolé de sagesse et d’équilibre et chef d’un parti maurtanien d’opposition, Alliance Populaire pour le Progrès.

 

Le chemin de Massoud vers la gloire n'était pas parsemée de fleurs. Il fut l’un des   prisonniers d’opinion les plus en vue pendant des décennies. Mais cela ne l’avait pas  empêché de crier haut et fort  la vérité, sans crainte ni récriminations

 Dès le début  , leader, Messoud apparut comme  activiste des droits de l'homme qui cherche à mettre la composante   Hartine au bon endroit , à l’instar des autres composantes des  différents segments de la société, appelant à la promotion de l'égalité entre les citoyens sur la base de l’égalités  des droits civiques  au sein d’une même  République.

 

En peu de temps, les luttes de Messoud  à l'époque se sont concrétisées par un arsenal juridique comportant des lois qui criminalisent l'esclavage.

Par la suite sa composante marginalisée n’a pas tardé a eu sa part au sein de l’administration, des portefeuilles ministériels ainsi que des fonctions diplomatiques. . En somme son combat fut récompensé : c’était le début d’une représentation plus large des franges haratines naguère oubliées .Il faut reconnaitre que malgré ces avancées estimables, la composante haratine demeure encore marginalisée et réclame une participation accrue pour dissiper les retards enregistrés dans tous les domaines, pense toujours le leader Messoud Ould Boulkheir.

 A l'aube de la démocratie en Mauritanie au début des années 1990, Messoud fut l'un des leaders primordiaux du principal mouvement d'opposition à l’époque, avant d'annoncer sa rupture avec le parti de l'Union des forces démocratiques Ere Nouvelle ( UFD.EN) et a fondé un nouveau parti appelé Action pour le Changement .Il a été dissout par Le Ministère de l’Intérieur ,remarquant sa  propagation rapide dans toutes les régions du pays afin de mettre fin à son activité. Compte tenu de la grande confiance dont jouit son président fondateur, Messoud Ould Boulkheir.

 et parce qu'il n'avait pas un objectif destructeur de la cohésion de la société et de la cohésion nationale, il a mis de côté ses différences traditionnelles avec les nationalistes et a entamé des négociations avec le courant des s qui dirigeaient le Parti de l'Alliance Progressiste Populaire,et  a mené la fusion des dirigeants et des militants du Parti du Travail. A l’issue d’un congrès extraordinaire, Messoud fut élu président succédant au Président sortant Mohamed El Hafed Ould Ismail qui devient Président du Conseil National du dit Parti.

 Après des années de sérieuses luttes politiques, de privations et de détentions, le régime du président Maaouya Ould Taya étant aux oubliettes, Messoud restait égal à lui-même et à l’issue d’élections transparentes et équitables, il accède à la Présidence de la plus haute législature, l’Assemblée Nationale. Sept années de labeur, sans haine ni règlement de comptes.

 Au cours de son mandat de président de l'Assemblée nationale, un coup d'état a eu lieu contre son président et allié Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi. Massoud était le meilleur exemple de fidélité à l’ami d’antan et surtout au processus démocratique entaché.

 Il était alors  le seul chef politique étouffé au sein  des affrontements l’opposant aux forces de sécurité et ce pendant les marches et rixes l’opposant au coup de force à l’origine du Président élu..

 Après les répliques du printemps arabe qui se sont répandues en Mauritanie, et compte tenu de son expérience personnelle, notamment la fragilité   de la structure sociale et de la réalité économique du pays, l'approche approfondie de l’homme, l’a conduit au dialogue avec  la majorité et fut Président civil élu au Dialogue de2011, qui dut rénover les lois qui organisent les opérations électorales. Il a ainsi contribué à éviter les aléas des guerres civiles et la division et fut en cela considéré comme un leader hors pair.

 En dépit de l'ouverture de Massoud au régime d'Ould Abdel Aziz et l’entrée dans plusieurs dialogues avec lui ainsi que la participation à plusieurs scrutins, Messoud demeure fidèle à ses principes, profondément enraciné dans le camp de l’opposition au régime, refusant obstinément l’éventualité de mandat présidentiel supplémentaire..

Le leader Messoud  Ould Boulkheir est devenu une soupape de sécurité pour l'unité nationale, surtout au lendemain de l’apparition de nouveaux activistes dit de droit de l’homme dont l’objectif principal est de créer la zizanie et soulever les fils de ce pays les uns contre les autres, sachant qu’ils ne travaillent sur des agendas étrangers fallacieux et destructeurs. Faisant ce constat, le leader a du lutter contre ce plan machiavélique de toutes ses forces, en étant profondément fidèle à ses nobles principes fondés sur le destin commun des fils de ce pays.

Le président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz a dirigé le leader aux Emirats Arabes Unis pour traitement, qu’il en soit récompensé, ainsi que les dirigeants des Émirats arabes unis pour les soins intensifs tout au long du séjour rendu réconfortant  grâce au personnel de l'ambassade mauritanienne à Abu Dhabi et à tous les membres de la communauté mauritanienne résidant aux EAU.

Que Dieu soit loué pour le retour du leader saint et sauf au pays.