M. Ahmed Ould Daddah, président du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD) : ‘’Quel que soit le motif de la suspension du dialogue, le gouvernement est tenu de reprendre langue avec l’ensemble de la classe politique’’

jeu, 06/23/2022 - 16:53

Le Calame : Il y a quelques jours, vous avez décidé de sortir de votre long silence, en lançant un appel dans lequel vous avez évoqué des périls qui menacent notre pays et que le dialogue pourrait nous éviter. Pourquoi cet appel, maintenant ? De quels défis s’agit-il ?

Ahmed Ould Daddah : Cet appel fait suite à la décision unilatérale de suspendre le dialogue alors que le pays, tout entier, s’attendait, avec grand espoir, à son lancement… Il intervient dans le cadre d’une prise de conscience des menaces qui guettent le pays, en lien avec son environnement géopolitique et les problèmes intérieurs auxquels il est confronté depuis, parfois, fort longtemps… Ces problèmes appellent, en toute urgence, des solutions consensuelles et durables pour assurer à notre pays la stabilité, la cohésion sociale, l’ancrage de l’Etat de droit et le fonctionnement apaisé de son processus démocratique.

 

Après avoir lancé cet appel, avez-vous eu le sentiment que la classe politique ferait preuve d’un sursaut l’amenant à reprendre le processus de dialogue ? Le président AOD pourrait-il tenter de convaincre les acteurs politiques quant à la nécessité, voire l’urgence, de reprendre ce processus ? Ensuite, pensez-vous que les conditions sont suffisamment réunies pour constituer un front intérieur, alors que l'opposition est divisée, le pouvoir prend des décisions unilatérales, certains de nos compatriotes crient à la marginalisation et dénoncent les injustices dont ils feraient l’objet?

La classe politique a, dans son ensemble, toujours tendu la main au dialogue. Il s’agit d’une option stratégique visant à apaiser la scène politique et dégager un consensus national autour des questions nationales fondamentales, qu’il s’agisse, entre autres, de l’unité nationale, de la démocratie ou de la gouvernance…

Notre parti est en rapport avec tous les protagonistes qui veulent bien discuter avec nous des voies et moyens visant à remettre le processus salutaire du dialogue sur les rails.

Au vu de la situation, parfois malheureusement désastreuse, qui prévaut dans notre environnement géopolitique immédiat, je suis persuadé que l’ensemble de la classe politique est convaincue de l’impérieuse nécessité de bâtir un front national solide, unique rempart contre tous les dangers qui nous guettent. Il s’agira de s’accorder sur des réponses justes et durables à nos problèmes, notamment ceux liés à l’unité nationale et la cohésion sociale.

 

 Votre appel intervient quelques jours après la suspension du processus de dialogue alors que son lancement était annoncé pour imminent. Pour justifier sa décision, le président du comité préparatoire évoque l’absence de consensus au sein de l’opposition. Comment avez-vous accueilli cet argumentaire ?  

Ce que je puis vous assurer c’est que les membres de ladite commission issus de l’opposition n’ont jamais été associés à la prise de cette décision. Il y a lieu de remarquer, par ailleurs, que l’ensemble des acteurs politiques, impliqués dans la préparation du dialogue, ont exprimé, d’une façon ou d’une autre, leur surprise suite à cette décision.

Au-delà des différences d’appréciation voire, parfois, d’analyses de telle ou telle situation, l’opposition a toujours maintenu un référentiel d’idéaux et d’objectifs similaires. L’absence de concordance de vues en son sein, au sujet d’aspects purement formels, relatifs à la préparation du dialogue, n’entame en rien cette donne fondamentale. Ceci n’a d’ailleurs pas empêché le déclenchement du processus, toutes les parties prenantes travaillant, d’arrache-pied, pour que le dialogue en perspective soit le plus possible inclusif.

A ce sujet, il me vient à l’esprit un adage arabe qui dit, à peu près, ceci : « ce qui ne peut être accompli dans son intégralité ne doit pas être entièrement abandonné ».

 

 Au lendemain de la décision suspendant les préparatifs du dialogue, des formations de l’opposition, dont le RFD, ont, dans un communiqué rendu public, parlé d’une décision unilatérale, d’un coup de poignard dans le dos. A votre avis, que pourrait redouter le pouvoir pour être amené à prendre cette décision, quelles peuvent être les implications sur les relations jusque-là qualifiées d’« apaisées » entre le président Ghazouani et l’opposition ?

Il se pourrait bien qu’il y ait eu des raisons bien fondées, autres que celles invoquées, ayant amené le gouvernement à prendre cette décision, de façon aussi subite. Seulement, il eut été plus judicieux d’en informer les membres de la commission, en tant que partenaires dans ce processus. Quel que soit le motif de la suspension, le Gouvernement est tenu, in fine, de reprendre langue avec l’ensemble de la classe politique pour la relance du dialogue national. Il y va de l’intérêt suprême de notre pays.

 

Le RFD et l’UFP sont considérés, jusqu’au sein de l’opposition, comme étant les « plus chauds » à réclamer le dialogue. Certains leur reprochent d’avoir trop vite cru aux promesses du pouvoir à ce sujet. Que répondez-vous à cela ?

Nous sommes fermement convaincus que seule la tenue d’un dialogue inclusif national pourra mener à un large consensus autour des questions nationales fondamentales. Aussi avions-nous œuvré, sans relâche, pour son lancement et sa pleine réussite, dans le cadre de la coordination des partis représentés au parlement puis, à un niveau plus élargi, au sein de la commission préparatoire dont les travaux viennent d’être suspendus. Tout au long de ce processus, les plus hautes autorités de l’Etat ont déclaré soutenir la dynamique de dialogue, ont pris l’engagement solennel de mettre en œuvre ses conclusions et se sont impliquées directement dans sa dynamique, en nommant un membre du gouvernement à la présidence de la commission préparatoire. Armés de bonne foi, nous avons réagi favorablement à tous ces gages. Aujourd’hui, il est légitime d’attendre du gouvernement qu’il s’engage, à nouveau, pour l’organisation de ces importantes assises qui donneront, sans nul doute, à notre pays l’occasion de résoudre les problèmes majeurs auxquels il fait face. Ainsi pourrions-nous, à l’avenir, mettre toutes nos énergies au service de l’essor économique et social du pays et lui permettre de jouer, pleinement, le rôle qui lui revient au niveau régional et mondial.

 

Aujourd’hui avec la suspension décrétée par le gouvernement, ne pensez-vous pas que vous vous êtes trompés sur les véritables intentions du pouvoir qui estimait qu’un dialogue était inopportun parce que le pays n’est pas en crise ?

Comme je l’ai déjà dit, le dialogue demeure, pour nous, une option stratégique. Attendre qu’une crise se déclenche, qu’à Dieu ne plaise, pour entamer un dialogue revient à vouloir éteindre l’incendie, après que la demeure eut déjà pris feu… Dans notre entendement et compte tenu des malheureuses expériences qui nous entourent, le dialogue que nous appelons de tous nos vœux servirait à désamorcer, en amont, toute crise pouvant survenir du fait de questions majeures non résolues…

                                       

 Propos recueillis par Ahmed Ould Cheikh

 

Le Calame