les Journaux

Calamités : Excusez-nous, monsieur le Président !

jeu, 11/02/2017 - 13:39

Lorsque,  le six Août 2008, les généraux décident de destituer Sidi Mohamed ould Cheikh Abdallahi, après avoir compris, à leurs dépens, qu’il n’était pas l’homme de paille qu’ils croyaient pouvoir manipuler à leur guise, pour continuer à gouverner, des députés, des sénateurs, des hommes et femmes de tout acabit entament une vaste campagne de dénigrement du vieux patriarche que les militaires déchaînés ont mis, sans état d’âme, aux arrêts.

EDITO LE CALAME : LETTRE À AZIZ

mer, 11/01/2017 - 10:24

Je n’écris pas pour faire amende honorable ou mon mea culpa, je reste ce que j’ai toujours été : le pourfendeur d’une rectification catastrophique pour le pays. Certains ont considéré que je suis allé un peu trop fort et vite, ils commencent à se rendre compte que ce sont eux qui avaient fausse route, les rangs des déçus de l’Azizisme ne cessent de s’étoffer.

 

L'Edito du Calame : Lettre à Bouamatou

mer, 10/25/2017 - 13:02

Je ne suis pas homme à lâcher qui m’a soutenu. Encore moins à tenter de le poignarder dans le dos. Je laisse cette félonie à d’autres assez galonnés pour se croire autorisés à cracher sur ce qui les faisait homme. 

EDITO LE CALAME : COUR DES MIRACLES

mer, 10/18/2017 - 18:09

L’affaire dite « Ould Bouamatou et consorts » n’en finit pas de faire des vagues. Alors que les prévenus ont été, soit envoyés en prison, soit placés sous contrôle judiciaire, depuis près de quarante-cinq jours, l’instruction n’a commencé que mercredi dernier 11 Octobre.

L'Editorial du Calame :Mauritanie-Sénégal : Arrondir les angles

mer, 10/11/2017 - 13:35

Dans un style qu’on croyait à jamais révolu, la très officielle Agence mauritanienne d’information (AMI) s’est fendue, la semaine dernière, d’un « éditorial »qui flaire les années de braise des tristement célèbres régimes militaires. La voilà à attaquer, en termes très peu voilés, notre voisin sénégalais. 

L'Editorial du Calame : Blanchissez, blanchisseurs !

mer, 10/04/2017 - 14:05

Samedi 30 Septembre, le régime mauritanien n’allait pas être à la fête à Dakar. Ce jour-là, en effet, le président de l’ONG Sherpa (spécialisée dans la traque des biens mal acquis) comptait présenter, lors d’une conférence de presse organisée par le président d’IRA, Biram Ould Dah,le rapport de son organisation intitulé « La corruption en Mauritanie, un gigantesque système d’évaporation ». 

LE FRANC CFA, CETTE ÉNIGMATIQUE MONNAIE COMMUNAUTAIRE !

jeu, 09/21/2017 - 16:10

“L'on parvint à concevoir qu'une monnaie portant l'empreinte de la souveraineté ou du chef de la nation devait être frappée par des préposés de confiance, et non par des fermiers avides de gain” de Mirabeau

 

EDITO LE CALAME : DÉLIT DE MÉCÉNAT

mer, 09/20/2017 - 10:38

Après avoir passé quelques jours à vadrouiller, entre Paris, Astana au Kazakhstan et Bamako (l’Europe, l’Asie et l’Afrique, presque un tour du Monde en moins d’une semaine), Ould Abdel Aziz n’est revenu à Nouakchott que le temps d’enfiler un nouveau costume. Destination : l’Amérique, New-York plus précisément où l’ONU tient son assemblée générale annuelle. Il est bien loin le temps où celui qui se prétendait encore président des pauvres accusait Sidioca de tous les maux dont le plus flagrant, selon lui, est de multiplier les voyages aux frais de la princesse.

Editorial le Calame : L’Etat, C’est moi !

mer, 09/13/2017 - 10:19

Non content de traîner des sénateurs, des syndicalistes et des journalistes devant les tribunaux, pour des motifs fallacieux, le pouvoir, qui ne recule devant rien pour faire payer à ces « insolents » leur rejet de « ses » amendements constitutionnels et leur liberté de ton, vient de poser un nouveau pas, dans sa politique répressive tous azimuts. Un sénateur est envoyé en prison, treize autres sont placés sous contrôle judiciaire, ainsi que trois journalistes, la directrice d’un site Web et deux syndicalistes.

Edito le Calame Justice aux ordres

mer, 09/06/2017 - 15:26

En Mauritanie rectifiée, donner ne se conjugue à aucun temps. Pire, c’est désormais assimilé à une  corruption insolite sans passe-droit en contrepartie. Pour avoir connu ce "dangereux" mécène qu’est Mohamed Ould Bouamatou, trois journalistes et la directrice d’un site web se sont ainsi vus traînés devant la justice.

Pages