les Journaux

MAURITANIE : LA FUITE EN AVANT DU POUVOIR

mer, 02/22/2017 - 09:48

Passage en force pour les modifications constitutionnelles, crise politique latente en dépit d’un énième dialogue qui se voulait inclusif, prix des denrées de premières nécessités intouchables, exacerbation des contradictions internes sans précédents, délabrement de notre économie, tensions avec certains pays voisins…

Qui peut alors dire après ce sombre et lapidaire tableau que le pays se porte bien. Contre vents et marées Ould Abdel Aziz est entrain de mener la « barque Mauritanie » vers des lendemains incertains.

Laser du lundi : Les canons, les canaux et les coups dans l’affaire gambienne (Par Babacar Justin Ndiaye)

sam, 02/18/2017 - 18:16

Tantôt haletantes, parfois palpitantes, souvent hallucinantes mais toujours préoccupantes, les facettes et les péripéties de la crise gambienne ruissellent de leçons, à la fois, affaiblissantes et enrichissantes pour le cahier des charges politiques, diplomatiques et sécuritaires de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest : CEDEAO.

L’Editoriale du Calame : A la sénégalaise ou à la mauritanienne ?

mer, 02/15/2017 - 10:04

Lorsque, le 23 Juin 2011, les députés sénégalais entreprennent l’examen du projet de loi instituant l'élection simultanée, au suffrage universel, du président et vice-président de la République, la rue s’embrase à Dakar. Devant cet énième tripatouillage de la Constitution, fixant, à 25%, le nombre de voix pour élire un « ticket présidentiel », jeunes, syndicats, opposition et société civile décident de s’unir, pour faire échec à cette tentative du président de l’époque, Abdoulaye Wade, de placer son fils Karim sur orbite.

Mohamed Lemine El Bane, président du Parti de la Justice Démocratique (PJD), dans une interview exclusive : "La voie parlementaire est plus simple et moins coûteuse que le référendum populaire

ven, 02/10/2017 - 10:14

Votre parti a pris part au dernier dialogue politique. Quelle est sa position sur la volonté du pouvoir de recourir au congrès du Parlement, plutôt qu’à la consultation populaire directe, pour faire adopter les amendements constitutionnels préconisés par le dialogue et portant, notamment, sur la suppression du Sénat, la modification des couleurs du drapeau et des paroles de l’hymne national ? 

L'Editorial du Calame : Mauritanie-Corée du Sud, kif-kif?

mer, 02/08/2017 - 12:24

Séoul, après plusieurs semaines d'intenses manifestations réclamant sa destitution, la présidente de la république de Corée du sud, Park Geun-hye, a finalement cédé aux pressions de l'opposition. Elle est empêtrée dans un scandale de corruption. 

Le commissaire Paix et Sécurité : « bientôt une force de réponse rapide en Afrique »

lun, 02/06/2017 - 10:04

Somalie, Nord Mali, Libye, Soudan du Sud, Centrafrique…Partout en Afrique, les foyers de tension se multiplient et s’incrustent. Le Commissaire Paix et Sécurité de l’Union Africaine, Smail Chergui est revenu sur toutes ces questions.

L'Editorial du Calame : Les yeux de la tête…

mer, 02/01/2017 - 13:03

Depuis qu’il est rentré de ses vacances au lointain Tirisoù il a pu profiter, tranquillement, avec des amis triés sur le volet, du bon temps, agrémenté de lait de chamelle et de viande d’agneau, Ould Abdel Aziz n’a guère eu le temps de souffler. 

L'Editorial du Calame : Bons comptes, bons amis ?

mer, 01/25/2017 - 13:17

Mohamed Ould Abdel Aziz, l’a dit, le 29 septembre dernier, au Palais des congrès de Nouakchott, lors de l’ouverture du « dialogue national inclusif », entre le pouvoir et une partie de l’opposition : « Les propositions et recommandations requérant des modifications constitutionnelles seront soumises au plébiscite populaire par voie référendaire ». 

L'Éditoriale du Calame : De plus en plus Salée, l’histoire…

mer, 01/18/2017 - 14:14

La nouvelle a fait le tour du web en quelques clics : les nouveaux quotas de céphalopodes ont été distribués à qui de droit : 

la Première dame, ses deux beaux-fils, des cousins du président, un proche du Premier ministre, le président de l’UPR, un député et des sociétés finalement pas si"anonymes" que ça. 

Un nouveau parti politique pour Ould Abdel Aziz

mar, 01/17/2017 - 18:31

Le président de la République ne voudrait plus de son parti et compte en créer un nouveau, chargé de lui préparer à terme son retour aux plus hautes fonctions de l’Etat. C’est ce qu’ » il aurait confié à un groupe de sénateurs qu’il a conseillé de se constituer en formation politique. 

Pages