les Journaux

EDITORIAL du Calame : Boutons le jusque-au-boutiste !

mer, 03/29/2017 - 12:10

Cinq jours après le coup de sabot du Sénat, qui a rejeté, à une large majorité, les amendements constitutionnels proposés par le pouvoir, Ould Abdel Aziz est monté aux créneaux. 

Alors qu’il pouvait laisser le Premier ministre ou le président du parti-Etat réagir, après cette monumentale déculottée, il a préféré dire, lui-même, ce qu’il a sur le cœur. Visiblement décontenancé mais tentant, sans grand succès, de garder son calme, il a d’abord commencé par régler leurs comptes à ces sénateurs « traîtres » qui ont osé aller à l’encontre de ses désirs. 

L’EDITORIAL DU CALAME : TISTET AZIZ

mer, 03/22/2017 - 09:13

Ils l’ont fait. Les sénateurs ont dit non aux amendements constitutionnels proposés par le Président et pour lesquels il n’a ménagé aucun effort.

Loupe du Rénovateur/ Coup de théâtre ! Les sénateurs refusent d’être des moutons de Panurge…

dim, 03/19/2017 - 11:24

Nombreux sont ceux qui pensaient que les sénateurs allaient suivre comme des moutons de Panurge l’exemple des députés en votant massivement OUI aux amendements constitutionnels. 

Finalement la majorité de la chambre haute du parlement a décidé de passer outre ce projet de loi en administrant une cinglante défaite au Président Mohamed Ould Abdel Aziz, son Premier Ministre et au Parti de la majorité.

L’EDITORIAL DU CALAME : DIRE LE DROIT OU SE DÉDIRE

mer, 03/15/2017 - 14:09

Le Calame - « Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime! Il est complice », George Orwell Les amendements constitutionnels ont été approuvés, à une large majorité, par l’Assemblée nationale. Le contraire aurait d’ailleurs étonné. Une chambre d’enregistrement est élue pour avaler tout ce qu’on lui envoie.

Amendements constitutionnels : Le sénat signera-t-il sa propre mort ?

mar, 03/14/2017 - 09:45

Les choses commencent à mieux se préciser, à propos du renoncement des hautes sphères de la République de Mauritanie, à l’option de consultation référendaire sur les très controversés amendements constitutionnels.

Etant non seulement onéreuse, mais également infructueuse voire humiliante pour un projet de révision constitutionnelle, non consensuelle et entachée de corruption de députés et de sénateurs sans scrupules, ces amendements n’avaient d’autre chance de passer, bon gré, malgré gré, qu’à travers un parlement majoritairement acquis au Boss. 

Camp de Mberra : « Deuxième ville de Mauritanie »

jeu, 03/02/2017 - 10:13

Situé à dix-huit kilomètres de Bassiknou, à plus de 1305 kilomètres de Nouakchott, le camp des réfugiés de Mberra abrite, aujourd’hui, quelque 700 000 personnes, selon les estimations d’un responsable du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR). Lorsqu’ont repris, fin 2011, les hostilités, entre l’armée malienne et la rébellion de l’Azawad, des centaines de milliers des populations du Nord-Mali ont fui vers la Mauritanie.

Editoriale du Calame : Apprendre à se taire

mer, 03/01/2017 - 15:19

Ould Abdel Aziz a parlé. Sur la TVM, Al Wataniya ou Sahel TV ? Non. Sur France 24, une chaîne publique française. 

Pourtant, il pouvait bien dire ce qu’il avait sur le cœur sur une des nôtres qui aurait ainsi servi, pour une fois, à quelque chose. Si l’on peut appeler cela servir à quelque chose. D’où la question récurrente : Ould Abdel Aziz s’adresse à qui ? 

Le Calame Editoriale : Trop, c’est trop !

mer, 02/22/2017 - 11:39

Les fameux dialogues de 2011 et 2016, les visitations à l’intérieur du pays, le Sommet arabe, les réformes constitutionnelles en cours, le congrès du Parlement, les remaniements périodiques, la médiation gambienne, les problèmes avec le Sénégal et le Maroc… et si tout cela était fait à dessein, pour nous distraire de l’essentiel ? La mise en coupe réglée du pays. Le sac de ses ressources. Les marchés de gré à gré et les commissions faramineuses qu’ils génèrent. Le bradage du patrimoine de l’Etat. Le morcellement de zones entières, au profit de la nomenklatura.

MAURITANIE : LA FUITE EN AVANT DU POUVOIR

mer, 02/22/2017 - 09:48

Passage en force pour les modifications constitutionnelles, crise politique latente en dépit d’un énième dialogue qui se voulait inclusif, prix des denrées de premières nécessités intouchables, exacerbation des contradictions internes sans précédents, délabrement de notre économie, tensions avec certains pays voisins…

Qui peut alors dire après ce sombre et lapidaire tableau que le pays se porte bien. Contre vents et marées Ould Abdel Aziz est entrain de mener la « barque Mauritanie » vers des lendemains incertains.

Laser du lundi : Les canons, les canaux et les coups dans l’affaire gambienne (Par Babacar Justin Ndiaye)

sam, 02/18/2017 - 18:16

Tantôt haletantes, parfois palpitantes, souvent hallucinantes mais toujours préoccupantes, les facettes et les péripéties de la crise gambienne ruissellent de leçons, à la fois, affaiblissantes et enrichissantes pour le cahier des charges politiques, diplomatiques et sécuritaires de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest : CEDEAO.

Pages