les Journaux

Boydiel Ould Houmeid, président du parti El Wiam: «Si le président de la République ne peut pas recourir à l’article 38 pour poser certaines questions au peuple, à quoi cet article pourrait-il servir alors?»

ven, 04/28/2017 - 01:40

Le Calame : Vous étiez à la prestation télévisée du président de la République, le 22 mars. Vous, qui aviez émis des réserves sur le recours  au congrès pour passer les amendements constitutionnels, préconisés par l’accord du 20 octobre, avez-vous été convaincu par  l’argumentaire du président Aziz, qui, en dépit du rejet par le sénat  décide d’organiser une consultation populaire ? El Wiam battra-t-il campagne pour le oui ?

EDITO LE CALAME : TANT VA LA CRUCHE À L’EAU…

mer, 04/26/2017 - 14:14

Le referendum devrait finalement avoir lieu le 15 Juillet prochain. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres, lors de sa réunion du jeudi dernier. Ould Abdel Aziz maintient donc le cap, contre vents et marées, malgré la levée de boucliers que continue de susciter son recours à l’article 38 de la Constitution. Qui autorise, certes, le Président à consulter le peuple, pour toute question d’intérêt national… sauf s’il s’agit de révision constitutionnelle qu’encadrent les articles 99, 100 et 101.

L’EDITO LE CALAME : BIZARRE…

mer, 04/19/2017 - 18:02

Ould Abdel Aziz est parti, la semaine dernière, en France, après plusieurs années d’une rupture qui ne disait pas son nom. Profitant du séjour, à Nouakchott, du ministre français des Affaires étrangères qui l’aurait invité à se rendre en France, si l’on en croit la très officielle AMI, l’homme du 6 Août a débarqué au Bourget… sans un seul chat pour l’accueillir.

L’EDITORIAL LE CALAME : QUEL OSTRACISME !

mer, 04/12/2017 - 11:10

La Mauritanie a célébré, le 1er Avril dernier, la Journée nationale du sport. Avec tambours et trompettes. Le président de la République, le Premier ministre et une palette de ministres, tous en tenue de sport (une fois n’est pas coutume) ont fait le déplacement du Stade olympique pour le coup d’envoi du marathon de Nouakchott. Ils ont également visité les stands des différentes fédérations sportives. Cinq  jours plus tard, c’est le monde entier qui fêtait cette fois la Journée Internationale du Sport pour la paix et le développement. Une décision prise par les Nations Unies en août 2013.

Autour d'un thé

sam, 04/08/2017 - 11:56

Seuls les imbéciles ne changent pas. Ni de tête. Ni d’avis. Ni d’approche. Le recyclage reste, pourtant, une vieille technique qui a fait ses preuves. Partout. Et, comme l’on dit chez nous, « Celui qui ne se fâche pas est un âne ». Quant à celui qui n’accepte pas les excuses d’autrui est un satan. 

L'Edito du Calame : Morale yoyo

mer, 04/05/2017 - 12:37

Après avoir affirmé, solennellement, lors de l'ouverture et de la clôture du dernier dialogue, 

que "les propositions et recommandations requérant des modifications constitutionnelles seront soumises au plébiscite populaire par voie référendaire"Ould Abdel Aziz change, subitement, son fusil d'épaule : plus question d'une consultation populaire qui coûtera les yeux de la tête. 

L’éditorial de La Nouvelle Expression: Les ennemis d’Abdel Aziz

jeu, 03/30/2017 - 11:01

La Nouvelle Expression- Ce 22 mars, comme tout le peuple mauritanien, j’étais devant mon écran pour voir et écouter le Président Mohamed Abdel Aziz. Même si j’avais déjà l’information, je pensais pour une fois me tromper. Et que le Président ne se laissera pas manipuler par ce juriste en décadence... 

Malheureusement, ce constitutionnaliste délaissé par le système s’est fait payer la tête d’Abdel Aziz. Et par ses conseils, il consacre la super-présidentiabilité de Mohamed Abdel Aziz.

EDITORIAL du Calame : Boutons le jusque-au-boutiste !

mer, 03/29/2017 - 12:10

Cinq jours après le coup de sabot du Sénat, qui a rejeté, à une large majorité, les amendements constitutionnels proposés par le pouvoir, Ould Abdel Aziz est monté aux créneaux. 

Alors qu’il pouvait laisser le Premier ministre ou le président du parti-Etat réagir, après cette monumentale déculottée, il a préféré dire, lui-même, ce qu’il a sur le cœur. Visiblement décontenancé mais tentant, sans grand succès, de garder son calme, il a d’abord commencé par régler leurs comptes à ces sénateurs « traîtres » qui ont osé aller à l’encontre de ses désirs. 

L’EDITORIAL DU CALAME : TISTET AZIZ

mer, 03/22/2017 - 09:13

Ils l’ont fait. Les sénateurs ont dit non aux amendements constitutionnels proposés par le Président et pour lesquels il n’a ménagé aucun effort.

Loupe du Rénovateur/ Coup de théâtre ! Les sénateurs refusent d’être des moutons de Panurge…

dim, 03/19/2017 - 11:24

Nombreux sont ceux qui pensaient que les sénateurs allaient suivre comme des moutons de Panurge l’exemple des députés en votant massivement OUI aux amendements constitutionnels. 

Finalement la majorité de la chambre haute du parlement a décidé de passer outre ce projet de loi en administrant une cinglante défaite au Président Mohamed Ould Abdel Aziz, son Premier Ministre et au Parti de la majorité.

Pages