les Journaux

L’élevage contribue pour 24% au PIB mauritanien (officiel)

lun, 12/17/2018 - 00:50

L’élevage contribue à hauteur de 24% au PIB en Mauritanie et y assure également 14,6% de l’offre d’emploi, a déclaré le ministre mauritanien de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et des Technologies de l’information et de la communication.

La triste baguette de l’année 2018

dim, 12/16/2018 - 06:13

La Mauritanie vient de traverser l’année 2018 avec deux incertitudes essentielles : la première porte sur la fin du mandat présidentiel, c’est-à-dire, le départ effectif du président Ould Abdel Aziz, arrivé au terme de son dernier mandat constitutionnel, et les contours du jeu politique à venir.

POURQUOI 28 ANS APRÈS L’EXÉCUTION DE 28 NÉGRO-MAURITANIENS ÇA CONTINUE DE DIVISER?!

jeu, 12/13/2018 - 14:39

37 ans après le Coup du 16 mars 1981 et 28 ans après la tentative du Coup d’état du walo-walo,la Mauritanie ne sera que grandit si,ensemble,nous arrivons à situer les responsabilités et à choisir la traçabilité afin de savoir qui de nos militaires vivants ou morts à fait quoi ces jours noirs de notre passé compliqué ou composé d’une saga militaire dont nous ne pouvons se dédouaner !

L’Éditorial Du Calame : Vox populi

mer, 12/12/2018 - 09:54

La photo  a fait le tour du Web et n’a pas manqué de susciter railleries et sarcasmes de la part des internautes. Trois présidents, serrés, comme des sardines, sur un seul canapé, face à un ministre des Affaires étrangères, pratiquement allongé, lui,  sur un autre à lui tout seul. Trois chefs d’Etat – Mauritanie, Tchad et Niger – recevaient en audience Jean-Yves Le Drian, lors du sommet des donateurs du G5, tenu il y a quelques jours à Nouakchott. On savait la France très à cheval sur les formes, lorsqu’il s’agit de son pré carré africain, mais, là, c’en est trop.

TRIBUNE DE MAÎTRE AHMED SALEM BOUHOUBEYNI

mar, 12/11/2018 - 23:30

Le Quotidien de Nouakchott – Jusqu’à quand ?

Je suis à l’extérieur de la Mauritanie depuis quelques temps et j’observe tous les jours l’actualité du pays, nos préoccupations, nos sujets de réflexions et de débats. J’ai comme l’impression qu’on passe à côté de l’essentiel.

Tout le monde est concentré sur le bilan du président, de façon stérile, entre ceux qui pensent qu’il a tout construit et ceux qui pensent qu’il a tout détruit.

Vidéo. Ambassadeur Allemagne : « 2019 est un tournant politique en Mauritanie » (Interview)

lun, 12/10/2018 - 13:26

Nouakchott et Berlin discutent, à partir de ce lundi 10 décembre, du renouvellement de leur accords de coopération financière et technique. L’occasion pour Alakhbar d’interviewer l’Ambassadrice d’Allemagne à Nouakchott

Interview : Aziz lève une part du mystère de certains sujets d'actualité

ven, 12/07/2018 - 12:23

Mohamed Ould Abdelaziz, 61 ans et deux mandats à son actif, joue des symboles. Celui d’un président qui a restauré la sécurité dans son pays quand ses homologues malien, nigérien ou burkinabé peinent à contrôler les leurs. Le symbole, aussi, d’un président qui martèle qu’il partira à l’issue de ses deux mandats, quand d’autres s’accrochent au pouvoir.

Entretien avec Mohamed Maouloud, président du FNDU et du parti UFP, député à l’Assemblée Nationale

ven, 11/30/2018 - 13:30

M. Mohamed Maouloud, président du FNDU et du parti UFP, député à l’Assemblée Nationale: «L’option d'un candidat unique et d'un programme commun minimal a les faveurs de la grande majorité des composantes de l'opposition démocratique».

Le Calame : Commençons par la déclaration de politique générale du gouvernement. Vous l’avez trouvée comment ? Quels secteurs ont retenu votre attention et pourquoi ?

L’Éditorial du Calame : Fissure… stratégique ?

jeu, 11/29/2018 - 15:08

La décision « historique » d'Interpol d’effacer les « notices rouges » concernant Mohamed ould Bouamatou et Mohamed Debagh fera date. En relevant « la dimension politique prédominante dans cette affaire », l’organisation internationale impose, en effet, de pertinentes  limites au droit des Etats à poursuivre leurs ressortissants.

Karim WADE : entre l’enclume des urnes et le marteau du Droit

lun, 11/26/2018 - 14:07

Le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), dernière formation politique au pouvoir a comme candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019 Monsieur Karim WADE. Ses militants sont sur le terrain pour glaner le maximum de parrainages afin de répondre aux nouvelles exigences constitutionnelles et légales du Sénégal. Mais, du sable juridique est dans la machine politique puisque ce candidat à la candidature est frappé d’une condamnation pénale de 6 six ans d’emprisonnement et d’une amende de 138 milliards de F Cfa prononcée par la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI).

Pages