les Journaux

EDITO LE CALAME : COUR DES MIRACLES

mer, 10/18/2017 - 18:09

L’affaire dite « Ould Bouamatou et consorts » n’en finit pas de faire des vagues. Alors que les prévenus ont été, soit envoyés en prison, soit placés sous contrôle judiciaire, depuis près de quarante-cinq jours, l’instruction n’a commencé que mercredi dernier 11 Octobre.

L'Editorial du Calame :Mauritanie-Sénégal : Arrondir les angles

mer, 10/11/2017 - 13:35

Dans un style qu’on croyait à jamais révolu, la très officielle Agence mauritanienne d’information (AMI) s’est fendue, la semaine dernière, d’un « éditorial »qui flaire les années de braise des tristement célèbres régimes militaires. La voilà à attaquer, en termes très peu voilés, notre voisin sénégalais. 

L'Editorial du Calame : Blanchissez, blanchisseurs !

mer, 10/04/2017 - 14:05

Samedi 30 Septembre, le régime mauritanien n’allait pas être à la fête à Dakar. Ce jour-là, en effet, le président de l’ONG Sherpa (spécialisée dans la traque des biens mal acquis) comptait présenter, lors d’une conférence de presse organisée par le président d’IRA, Biram Ould Dah,le rapport de son organisation intitulé « La corruption en Mauritanie, un gigantesque système d’évaporation ». 

LE FRANC CFA, CETTE ÉNIGMATIQUE MONNAIE COMMUNAUTAIRE !

jeu, 09/21/2017 - 16:10

“L'on parvint à concevoir qu'une monnaie portant l'empreinte de la souveraineté ou du chef de la nation devait être frappée par des préposés de confiance, et non par des fermiers avides de gain” de Mirabeau

 

EDITO LE CALAME : DÉLIT DE MÉCÉNAT

mer, 09/20/2017 - 10:38

Après avoir passé quelques jours à vadrouiller, entre Paris, Astana au Kazakhstan et Bamako (l’Europe, l’Asie et l’Afrique, presque un tour du Monde en moins d’une semaine), Ould Abdel Aziz n’est revenu à Nouakchott que le temps d’enfiler un nouveau costume. Destination : l’Amérique, New-York plus précisément où l’ONU tient son assemblée générale annuelle. Il est bien loin le temps où celui qui se prétendait encore président des pauvres accusait Sidioca de tous les maux dont le plus flagrant, selon lui, est de multiplier les voyages aux frais de la princesse.

Editorial le Calame : L’Etat, C’est moi !

mer, 09/13/2017 - 10:19

Non content de traîner des sénateurs, des syndicalistes et des journalistes devant les tribunaux, pour des motifs fallacieux, le pouvoir, qui ne recule devant rien pour faire payer à ces « insolents » leur rejet de « ses » amendements constitutionnels et leur liberté de ton, vient de poser un nouveau pas, dans sa politique répressive tous azimuts. Un sénateur est envoyé en prison, treize autres sont placés sous contrôle judiciaire, ainsi que trois journalistes, la directrice d’un site Web et deux syndicalistes.

Edito le Calame Justice aux ordres

mer, 09/06/2017 - 15:26

En Mauritanie rectifiée, donner ne se conjugue à aucun temps. Pire, c’est désormais assimilé à une  corruption insolite sans passe-droit en contrepartie. Pour avoir connu ce "dangereux" mécène qu’est Mohamed Ould Bouamatou, trois journalistes et la directrice d’un site web se sont ainsi vus traînés devant la justice.

Calamités

lun, 09/04/2017 - 17:51

L’affaire du sénateur Mohamed Ould Ghadda continue de défrayer la chronique. Depuis maintenant plus d’un mois, toute l’information nationale et même internationale relative à la Mauritanie est cristallisée  autour des rebondissements parfois inédits de cette histoire qui ne semble pas avoir encore livré ses derniers secrets.

Calamités…. Calamités…. Calamités…

jeu, 08/24/2017 - 13:28

Il ya quelques jours, les autorités mauritaniennes arrêtaient le sénateur Mohamed ould Gadda, au débarcadère de Rosso. Le parlementaire, qui jouit encore de son immunité parlementaire (article 50 de la Constitution) est emmené dans un lieu inconnu de sa famille et de son avocat. Il y est tenu au secret, six jours durant.

EDITO LE CALAME : DE GRAB EN GRAB…

mer, 08/23/2017 - 13:57

Deux semaines après avoir été kidnappé par des policiers en civil, le 10 Août dernier, alors qu’il jouissait toujours de son immunité parlementaire, le sénateur Mohamed ould Ghadda reste gardé au secret, entre la gendarmerie, la Sûreté d’Etat et la police économique. Ce n’est que sept jours après son enlèvement que son avocat a pu enfin le rencontrer. Sept jours d’angoisse pour sa famille sans nouvelle de lui.

Pages